Les Incendiaires
Nicolas Girard Michelotti
juin 2020
un atelier dirigé par Pascal Kirsch École du Théâtre du Nord / Juin 2020 / Durée : 1:00
Le Sacrifice d'Andreï Tarkovski,
Présentation

Après sept ans d’absence, Zakariya de Sarles profite des funérailles de sa grand-mère pour revenir dans la maison de son enfance. Ce n’est pourtant pas pour honorer la mémoire de la défunte que le jeune homme fait son retour, mais pour rétablir la justice, au nom des innombrables victimes silencieuses du laboratoire pharmaceutique dont Adrien son oncle, puis père adoptif est l’actionnaire majoritaire.

« Que le crime fleurisse, au nom des innocents ; que la juste flamme déferle ».

Étant donné les conditions particulières de travail en ces temps de « déconfinement », ne sachant pas jusqu'où nous pourrions aller physiquement avec les acteurs, j'ai imaginé préparer, avec des moyens simples, un enregistrement de la pièce écrite par Nicolas Girard Michelotti sous la forme d'un « dramatique radio » en direct, donc d'une seule prise. À l'aide de micros, d'une table d'accessoires sonores et d'un ordinateur, l'ensemble d'acteurs interprète une version réduite de Les Incendiaires. C'est donc moins une invitation à voir des comédiens qu'à écouter une pièce. Cette contrainte « radiophonique » implique pour les acteurs d'être un peu musicien et, à la manière d'un orchestre, il s'agit pour le groupe de former un tout sonore impliquant des mouvements, des gestes mais uniquement liés à la transmission de la matière écrite et à l'élaboration d'une narration. Il s'agit d'autant moins de montrer, de se montrer, mais plutôt de rendre visible, grâce à l'ouïe. Étonnamment, presque sans le vouloir – puisque la forme est née des contraintes sanitaires – nous nous approchons d'une visée, d'une singularité du théâtre : la pièce se joue à l'intérieur du spectateur, pas devant lui. Alors, peut-être que par cette tentative, si l'on fait bien entendre, on verra aussi quelque chose, par l'écriture. 

Extraits & Sources